SOLIDARITE INTERNATIONALE

Introduction

 

 

I/Brève description du camp chantier et questions réponses

1/ Le camp chantier

Un camp chantier en vie collective est un lieu d’échange entre des groupes de jeunes volontaires venant des quatre coins du monde filles comme garçons désireux de participer pour une durée de 1 à 4 semaines à la réalisation d’un projet de solidarité international.

Ce programme de camps chantiers devient un support d’apprentissage de la tolérance, car il permet de découvrir la différence chez l’autre et de l’utiliser comme source d’enrichissement mutuel. Vivre la vie en groupe et participer à la réalisation commune de projets de solidarité dans des domaines variés tels le soutien scolaire, santé ou sensibilisation VIH/SIDA ; réhabilitation, reboisement, artistique ; artisanat ; ou la construction.

 

 

 

 

2/ Questions réponses

Pourquoi faire un chantier au Togo ?

Il est de plus en plus à la mode d’aller en Afrique en tant que touriste. Passer des vacances, cela peut être sympa, mais vous ne découvrirez pas réellement l’Afrique et le Togo.

En faisant un chantier par contre, vous rentrerez directement en contact avec la population locale. En travaillant avec eux, vous aurez un réel aperçu de leur vie quotidienne, vous irez dans des endroits où vous ne seriez jamais allés en tant que touriste. De plus, vous finirez par vous faire des amis dans la communauté locale : l’échange n’est pas seulement culturel, mais aussi humain.

En faisant un chantier, donc en vivant et travaillant ensemble, nous espérons que les gens venant du monde entier apprendront à comprendre, à respecter les autres cultures ; c'est-à-dire la tolérance.

Qui peut participer à ces chantiers ?

Toute personne de bonnes volonté, fille comme garçon et ayant au moins 18 ans, aimant la vie en groupe ou le travail de groupe, sans distinction de sexe, de race, ni de religion.

Où se déroulent ces chantiers ?

Ces camps chantiers sont souvent réalisés où les besoins se font sentir (villages aux environs de Kpalimé et Kpalimé même).

Comment participer à ces camps chantiers ?

Ce projet est le fruit d’une confrontation des demandes de chacun : en effet, nous avons remarqué qu’un grand nombre de jeunes des pays du Nord étaient demandeurs de séjours dans les pays du Sud, afin de s’enrichir culturellement et de participer à un échange interculturel avec les populations locales. D’autre part, les populations et les institutions du Sud sont prêtes à accueillir à bras ouverts des bénévoles capables de travailler gratuitement dans leur structure pour l’élaboration et la participation à des projets de développement.

C’est pourquoi en tant qu’ONG certifiée par l’Etat togolais, AGERTO se propose de constituer un intermédiaire entre ces jeunes du Nord et les populations locales, en favorisant l’inter culturalisme et en proposant à ces bénévoles de travailler dans divers domaines par le biais des missions proposées. Quelle que soit la personne demandeuse, celle-ci trouvera une mission adaptée à son profil (même sans qualifications (exemple du reboisement)), et permet à chacun d’apporter sa pierre dans ce projet global de Solidarité Internationale.

En participant à ces missions, les bénévoles apportent d’une part leur contribution au développement dans les pays du Sud, mais répondent également à leur demande d’enrichissement personnel. Cela permet aux participants à ce projet de vivre eux-mêmes lors de leur séjour les problèmes quotidiens des populations locales, et ainsi de se forger une image probablement plus réelle des réalités dans les pays du Sud.

Pour participer aux camps chantiers auprès de l’ONG Agerto, il faut remplir les conditions, et une fiche d’inscription (la renvoyer à l’ONG sur le mail indiqué sur la fiche). Les frais sont à la charge du participant.

Qui organise ces camps chantiers ?

Ces camps sont organisés par l’ONG AGERTO (Association Germano Togolaise), qui est une Association crée en 1999 , enregistrée sous le Numéro 1722/MISD-SG-DSC et reconnue comme ONG sous le numéro 438/MED/2007. L’association a la noble ambition de relever les objectifs du développement durable ; cela prend en compte l’éducation, la préservation de l’environnement, la santé, la formation professionnelle, artisanat, l’agriculture, l’écotourisme… l’Association est basé à Kpalimé dans la préfecture des plateaux au Togo. L’objectif de cette ONG est d’aider les jeunes démunis ou ceux en situation difficiles en leur assurant une formation professionnel gratuite sur une durée de trois ans dans des domaines comme : couture Homme Dame ; soudure, menuiserie, Batik, sculpture sur bois, fabrication de tamtam, tissage traditionnel, coiffure. Enfin, le 13 mai dernier, un centre de formation similaire a été ouvert à Kara (dans le nord du pays) en partenariat avec une association locale.

3/

Une journée sur le camp chantier

Chaque chantier a un animateur qui assure le bon déroulement du projet.

Les volontaires se lèvent à 6h00, prennent une douche, prennent le petit déjeuner ensemble, et partent sur les lieux de travail à 7h 30 min et travaillent jusqu'à 11h30 min.

L’équipe de la semaine part 30min avant pour préparer la nourriture du midi pour le groupe (des équipes de jeunes volontaires du nord et du sud participant à ces projets seront formées chaque semaine pour assurer la préparation des repas du jour, et un autre groupe pour assurer les corvées de la semaine. Ainsi une rotation se fait sur le chantier certains après midi avec parfois des quartiers libre en fonction du projet.

Et tous les soirs, des rapports d’activité journaliers sont faits par les volontaires désignés chaque jour au cours de la prise du petit déjeuner.

II/ Description du pays (Togo)

1/ Géographique

Le Togo est un petit pays francophone de l’ouest s’étirant en longueur sur environ 700km, de 50 à 150 km en largeur et le tout pour une superficie de 56600km2. La population est d’environ 5 212 000 habitants et le Togo a pour capital Lomé. Limitrophe au Nord avec le Burkina Faso (savane arborée typique de l’Afrique occidental et du centre ouest), avec le Bénin à l’est, le Ghana à l’Ouest, bordé au sud par le Golf de Guinée (Zone côtière, basse et sablonneuse plantée de cocotiers), le Togo comprend dans sa zone sud ouest des paysages d’où émergent les collines (Mont Agou (point culminant du Togo avec ses 986m) et les monts Kloto) et où est implanté la ville de Kpalimé.

La langue officiel du pays est le français et les langues locales sont : Ewé , Kabye, Moba, kotokoli .

La monnaie est le franc CFA (1euro -> 655CFA).

2/ Historique

La diaspora togolaise est le fruit de nombreuses migrations de peuples entrés par le nord du pays actuel dès les premiers siècles du précédent millénaire. Attirés par la fertilité de la région de l’Atakora, les Ewés étaient venus de très loin (Egypte) et auraient traversé le Nigeria pour se fixer dans un premier temps dans la région de TADO à la frontière du Bénin, puis à Notse. Or pour fuir la tyrannie du Roi Agokoli premier, une partie d’entre eux aurait continué vers Lomé, Bè, et dans la partie orientale du Ghana.

L’arrivée des européens a commencé au début du XVe siècle avec les Portugais qui exploraient les côtes et s’installèrent sur la Gold Caost (Ghana) ; ils y construisirent de nombreux forts (dont les traces sont toujours visibles aujourd’hui). Ils pratiquaient le commerce de l’ivoire, de l’or, et des esclaves avec le Brésil.Le Togo est quant à lui peu à peu exploré par les Portugais qui sont à la recherche d’esclaves. Nombreux sont ceux qui ont été envoyés du comptoir Portugais d’Aného (alors appelé petit Popo) et des caves esclavagistes d’Agbédrafo dans les plantations brésiliennes. L’esclavagisme a donc fortement marqué l’Histoire de ce pays. Par la suite, dans un contexte de décolonisation au cours du XX ième siècle, le Togo accéda à son indépendance le 27 Avril 1960.

3/ Economique

Le Togo est un pays encore majoritairement rural ; 67% de la population travaille dans le domaine agricole. Ils cultivent prioritairement le mais, le mil, le sorgho, le riz, le manioc, l’igname, la patate douce, les haricots et l’arachide. Mais on importe de plus en plus de riz décortiqué, de mais et de blé. Sinon, les cultures vouées à l’exportation sont principalement localisées dans la région de Kpalimé –Atakpamé et représentent environ 30% des exportations agricoles du pays. Le café, le cacao, le coton, l’huile de palme, et le phosphate extrait des mines non loin de Lomé sont les principaux produits exportés. Cependant, une grande partie du sous-sol togolais recèle encore bien d’autres richesses qui restent pour le moment encore inexploitées. La création d’une zone franche au port de Lomé en fait une plaque tournante très appréciée des pays voisins ; bon nombre de marchandises transitent par ce port même si elles ne sont pas destinées pour le Togo.

4/ Climatologique

 

a/ Dans le sud

Nous sommes ici en présence de quatre saisons :

- La grande saison sèche de décembre à mars.

- La grande saison des pluies d’avril à juin.

- une petite saison sèche en juillet/août.

- une petite saison des pluies de mi septembre à fin octobre.

 

b/ Dans le nord

Deux grandes saisons rythment l’année :

la saison sèche de novembre à mars.

la saison des pluies d’avril à octobre.

5/ Religions et croyances

Tout d’abord, il est important de préciser que plus de la moitié de la population est composée d’animiste. On compte autour de 30 pour cent de chrétiens (surtout présents dans la zone autour de Lomé). La religion musulmane, quant à elle, compte plus de 15% de la population comme adeptes, et ce chiffre va augmentant surtout dans la partie nord du pays (Dapond, Bafilo, Sokodé, Mango…). Il faut savoir que les cérémonies religieuses des églises charismatiques sont présentes un peu partout et à toute heure de la journée,très souvent en musique, et que les populations locales (surtout les femmes) sont très croyantes.

 

III/ Description des projets de chantier

1/ Sensibilisation sur le VIH/SIDA

Nul n’est ignorant dans ce monde que les maladies sont des fléaux pour les populations locales en Afrique. Elles touchent toutes les tranches d’âge, mais font encore plus de dégâts sur les jeunes populations. De ce fait, une information est nécessaire au niveau des jeunes, leur permettant ainsi de s’auto sensibiliser et de devenir leur propre médecin.

C’est dans cet esprit que nous à AGERTO… nous voulons participer à la lutte et à la sensibilisation sur les IST/SIDA, afin de porter notre modeste contribution au niveau de la jeunesse et des personnes âgées.

Ce projet, conçu sous la forme de camps chantiers, a pour but d’amener la population à adopter un comportement responsable vis à vis de la maladie et d’informer les communautés de base sur les IST/SIDA.

Le projet tente de répondre au besoin de protection des jeunes. Pour le projet, nous aurons à faire des séances de formation sur les IST/SIDA pour tous les volontaires participants et après nous aurons à faire la sensibilisation de proximité qui consiste à aller de maison en maison pour parler de la maladie, et ceci en petits groupes. A la fin il y aura une sensibilisation de masse sur la place publique du village où, lors de ce moment, nous parlerons de la maladie à travers des séances de théâtre que nous aurons à apprendre. Nous aurons à montrer l’utilisation des préservatifs et à faire des différents jeux et réponses. Cette stratégie que nous avons expérimentée est un bon moyen pour arriver à toucher un large public.

Pour ce projet, nous attendons des bénévoles une collecte de moustiquaires imprégnées (par le biais d’un partenariat : à terme 3000 moustiquaires pour atteindre les objectifs de sensibilisation de 7000 personnes de villages environnants), de médicaments anti palu pour le même nombre de personnes. La formalisation des projets touchant à la santé peuvent être résumés dans l’état actuel des connaissances dans les 2 tableaux récapitulatifs suivant (juillet 2009), et donc demandant aux bénévoles de s’impliquer dans la recherche de matériels soignants et de médicaments.

OBJECTIFS SPECIFIQUES

 

RESULTATS ATTENDUS

 

ACTIVITES MISES EN OEUVRE

 

Don de moustiquaires (2 par famille (5 personnes environ))

 

Mission de sensibilisation pour des bénévoles

 

Campagnes de sensibilisation (par l’intermédiaire de jeux/pièces de théâtre/porte à porte et débouchant sur un rassemblement sur la place du village

 

Mission de sensibilisation pour des bénévoles

 

Campagnes de sensibilisation (par l’intermédiaire de jeux/pièces de théâtre/porte à porte et débouchant sur un rassemblement sur la place du village

 

Don de quelques préservatifs

 

Assurer 100%  des besoins en premier secours sur le centre

 

Présence d’une boîte à pharmacie (le personnel est déjà suffisamment qualifié pour administrer les soins)

 

Renforcement du personnel soignant autant que possible (le RA dépend uniquement du nombre de bénévoles envoyés et la demande est illimitée)

 

Organisation de missions d’aide aux soins dans les infrastructures de santé de Kpalimé et Kara

 

Objectifs Spécifiques

 

ACTIVITES

 

MOYENS

 

(humains, matériel)

SOURCES

 

(partenaires ? ressources financières € nécessaires ?)

Moustiquaires (2 par famille donc 2800)

 

Achat de moustiquaires OMS imprégnées en lot (environ 15 euros/moustiquaire) ou essai de partenariat avec producteurs.

 

10 personnes connaissant problèmes et les moyens de lutter contre le palu.

 

Bénévoles sur place et extérieurs (missions)

 

Matériel permettant de faire les démonstrations de port d’un préservatif.

 

A apporter par les bénévoles

 

Préservatifs

 

Dons extérieurs et essai de partenariat avec AID en France

 

10 personnes connaissant problèmes et les moyens de lutter contre le SIDA.

 

Bénévoles sur place et extérieurs (missions)

 

Présence d’une trousse à pharmacie au centre

 

Dons de médicaments pour 150 personnes (par centre) assuré par Action Medeor (partenaire)

 

Présence d’une personne prête à administrer les soins

 

rien

 

Missions de santé (bénévoles)

 

Bénévoles sur place et extérieurs (missions) qualifié ou même non qualifiée (besoin pour assister les médecins)

 

Don de médicaments pour le palu + antibiotiques + anti douleurs (paracétamol…) pour environ 5000 malades

 

Trouver partenariat avec laboratoires (cf sanofi aventis par exemple) lors des missions de santé

 

1 ambulance pour l’hôpital de Kpalimé (demande du directeur de l’hôpital)

 

Chercher hôpital partenaire lors des prochaines missions de santé (bénévoles) (pas d’achat sur place possible)

 

 

 

2/ Aide au secteur de la santé :

Cette mission est également récapitulée dans les 2 tableaux précédents. La raison de cette mission est un manque cruel de personnel soignant sur place ici dans les centres de santé. Ainsi, toute aide, même non qualifiée sera la bienvenue dans ces centres. L’hôpital de Kpalimé serait le principal bénéficiaire, mais ce projet comme tous les autres est reproductible aussi sur la ville de Kara dans le nord du Togo. De plus, ces établissements sont très demandeurs au niveau du matériel soignant, et surtout, les malades sont très souvent incapables après le diagnostic fait, de payer les médicaments prescrits par le médecin. C’est pourquoi la recherche de partenariat avec des entreprises de production de médicaments aurait vraiment un très fort impact sur les soins des malades ici (se focaliser sur des antibiotiques/médicaments contre le palu/anti douleurs (paracétamol…) et d’autres médicaments mais il serait mieux de se concerter sur place avec les centres de santé (personnellement je crois qu’ils manquent un peu de tout)). La durée de cette mission va comme les autres de 1 à 12 mois. Plus cette mission sera longue, plus les recherches de partenariat seront envisageables afin de mener à terme cette mission.

 

3/ Soutien scolaire/animation socio-éducative avec les enfants

Le monde dans lequel nous vivons est un village où tout le monde se met vite au contact des nouvelles venant d’un peu partout, et ceci grâce à une instruction scolaire de base. L’éducation scolaire nous procure donc la nécessité de répondre aux exigences de l’heure et d’être au même niveau avec les autres.

Les jours que nous passons dans les salles de classe sont importants et c’est d’ailleurs pour garder cet esprit durant les vacances que nous organisons ce projet sous forme de camp/chantier. Ce projet consiste à donner des cours au choix de mathématiques et français pour les élèves de primaire ou de français/anglais/physique/maths (au choix du bénévole) aux élèves de collège afin de les aider à aborder une nouvelle rentrée avec des bases plus solides. C’est un projet qui a une valeur inestimable, car en ce moment notre pays (le Togo) vit une crise de l’éducation, et les professeurs et enseignants ne se donnent plus à fond pour aider convenablement les élèves, ceci s’ajoutant à une surcharge fréquente des classes.

De plus, ce projet est également envisageable au cours de l’année scolaire ; le bénévole accompagnera alors un professeur avec une classe, et pourra petit à petit s’impliquer de plus en plus dans l’apprentissage : son rôle serait alors plus ici de passer dans les rangs et d’aider les élèves individuellement). Toute autre initiative peut être envisageable avec l’accord du professeur.

 

Au cours de l’exécution de ce projet, il sera organisé des séances de jeux divers avec les enfants, d’ateliers de théâtres, de journalisme, de dessin, de poésie…bref, tout ce qui peut concourir à la joie et à une animation enrichissante pour les enfants. Les volontaires eux aussi auront à apprendre de la vie du milieu à travers ce projet et avec nos mobilisations diverses, nous contribuerons à venir en aide aux parents, et soutenir leurs efforts par la distribution de fournitures scolaires. Ceci est un projet qui mobilise un grand nombre de personnes, directement et indirectement (pour l’encadrement), et qui, par le biais d’une adaptation des méthodes d’enseignement aux élèves des classes du Togo, vise à réduire les déficits et les abandons scolaires actuellement très fréquents.

Nous attendons des bénévoles participant à ce projet de s’impliquer également et de développer le projet de bibliothèque au centre (projet visant à terme à constituer une bibliothèque d’environ 10000 ouvrages pouvant être accessible en libre service et ce gratuitement par tous les habitants du quartier ; d’autre part, on espère pouvoir mettre en place des échanges de livres avec les directeurs de chaque école pour qu’ils puissent les redistribuer aux élèves, et s’engageant à les restituer au centre : ainsi, ces élèves des écoles environnantes de Kpalimé ne seront plus dissuadés par la distance pour aller à la bibliothèque municipale et pourront accéder à la lecture). La formalisation des projets touchant à l’aide à l’accès à la culture peuvent être résumés dans l’état actuel des connaissances dans les 2 tableaux récapitulatifs suivant (juillet 2009), et donc demandant aux bénévoles de s’impliquer dans la recherche de livres, de quelques ordinateurs pour la bibliothèque et dans l’organisation de ce projet de bibliothèque en général.

ACTIVITES MISES EN OEUVRE

Partition de 2 centres (un à Kpalimé et un à Kara) en 7 secteurs de formation (couture/sculpture sur bois/tissage/menuiserie/soudure/ coiffure /batik) avec des maîtres d’ateliers qui dispensent des formations gratuites.

 

Production d’objets d’art, de vêtements…

 

Proposition de participer aux chantiers extérieurs pour la menuiserie et la soudure

 

Création d’une bibliothèque gratuite dans le centre

 

Accès à quelques postes informatiques (10) pour faire des recherches sur des encyclopédies par exemple

 

Organisation de débats dans le centre sur des sujets thèmes

 

Tous les jeunes de Kpalimé qui ont eu le brevet et le bac (15 000 personnes) ont accès à un centre d’orientation post brevet et bac

 

Construction d’un centre permettant aux jeunes de se renseigner sur leurs possibilités d’orientation

 

Missions de soutien scolaire dans les écoles tout au long de l’année

 

Coopération entre le centre et les directeurs de chaque école pour permettre via l’utilisation de la bibliothèque du centre des prêts de livre aux élèves (souvent trop loin de la ville pour aller à la bibliothèque municipale)

 

Distribution de matériel scolaire (cahiers, stylos…) et peut être de livres pédagogiques aux élèves de ces écoles (dépend des dons extérieurs)

 

Objectifs Spécifiques

ACTIVITES

MOYENS (humains, matériel)

SOURCES(partenaires ? ressources financières € nécessaires ?)

10 000 livres (1000 ciblés sur le programme de chaque année entre le CP et la 3eme / 2000 qui sont récapitulatifs et pédagogiques d’une matière sur plusieurs années / 2000 qui sont pour les premières lectures des primaires / 5000 sur la culture générale)

 

Dons ou achat chez les éditeurs ou contact avec les associations de prêt de livres pour les élèves ou des bibliothèques (difficulté à les acheter sur place car manque de variété et pas très pédagogiques)

 

10 ordinateurs fixes au moins pentium 3 mais 4 seraient préférables

 

Dons ou achat (500 euros/ordinateur même prix mais préférer l’achat au Nord)

 

Des logiciels (encyclopédies/office/dictionnaires /acrobat reader/windows xp/antivirus et tout autre logiciel pour l’accès à la culture)

 

Dons et si possible droits sur les licences pour installer sur 15 ordinateurs (10 pour les encyclopédies)

 

20 Chaises + 15 étagères + 5 tables (3m de long)

 

Menuisiers du centre (suffit juste de payer les planches) donc environ 700 000CFA

 

1 documentaliste

 

20 000 CFA/mois

 

1 livre récapitulatif d’une matière par élève au collège en maths, français et mathématiques (pédagogique avec l’essentiel du cours et exercices types et corrections incluses) donc environ 9000 livres tous les 5 ans.

 

Dons ou achat chez les éditeurs ou contact avec les associations de prêt de livres pour les élèves (beaucoup de livres vont au recyclage quand les programmes changent donc possibilité de les avoir gratuitement) ou des bibliothèques (difficulté à les acheter sur place car manque de variété et pas très pédagogiques)

 

Achat de cahiers (ciblé sur 1000 élèves au début) (90 CFA pour un cahier de brouillon de 100p et 200CFA pour 150 pour200p) 5*100p et 2*200p/élève

 

810 000 CFA (1234euros) (à acheter sur place car trop lourd pour envoi)

 

Achat de stylos pour les élèves (ciblé sur les 1000 élèves) (si acheté sur place (moins cher mais qualité moindre : 100CFA/stylo) 4stylos/élève + 1crayon de papier (50CFA))

 

450 000CFA (610 euros) ou dons de stylos

 

bâtiment

 

5 millions de CFA

 

1 orienteur

 

30000CFA/mois

 

Mobilier + 1 ordinateur

 

700 000 CFA

 

 

 

4/Reboisement

Un corps sain dans un environnement sain, a ton l’habitude de dire. Notre environnement devient de plus en plus menacé par nos propres actions et il est important que, par une prise de conscience de chacun, on puisse contribuer à sa restructuration. C’est dans cet élan de soucis que nous, à AGERTO, nous voulons répondre à la protection de l’environnement par des séances de reboisement (c'est-à-dire des journées où l’on met en sol de jeunes plants). Ce projet d’ordre manuel consistera à nettoyer un endroit qui sera prêt pour accueillir de jeunes plants. Il s’agira de faire des trous, de mettre du fumier avant de planter. Il y aura aussi des journées de sensibilisation sur les effets néfastes des feux de brousse entraînant le réchauffement climatique et l’importance des arbres à la contribution pluviométrique. C’est un projet qui est l’un des objectifs du millénaire, et il permettra également de lutter contre la désertification. Ce même projet nous aidera de même à créer un espace vert, qui servira de lieu de repos ou de cadre de discussion.

Ce projet est très important également car il y a un véritable travail de sensibilisation des populations à faire en parallèle (qui pratique le brûlis et empêchant tous les grands arbres de se renouveler). Les parcelles à reboiser sont quasiment illimitées, tant que l’on reboise à nos frais. Il faudrait également discuter avec l’agronome du centre (actuel directeur) sur le choix des espèces à privilégier.

 

Conclusion

 

 

Dans une logique de tourisme solidaire accompagné d’un travail bénévole, chaque jeune qui participe aux missions relève les défis d’aujourd’hui et de demain. Cela concourt à la constitution d’un esprit de citoyenneté de tout un chacun, et de mieux prendre conscience de la diversité culturelle du monde actuel.

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Commentaires (4)

1. angel 24/03/2010

Making a guy gucci fashionfall in love with you can really be a tough job! Most of the guys already have their list of specifications in their mind and to come up to that level is difficult and disgusting. However, it is not totally impossible to make a guy fall for you if you use some brainsgucci fashion and professional tips that actually work. It is first important for every girl to gucciunderstand a guy's nature. There are certain attributes which are very common in guys such as being stern and demanding. Not all of the guys are extremely stern, demanding and possessive but there is a little bit of it in every guy. So it is important to study that particular you want to fall in love with you.

2. replica watches (site web) 24/05/2010

Caps
Women Caps
Men Caps

3. Gucci Outlet (site web) 06/08/2010

Gucci Outlet
Gucci Sneakers
Gucci Shoes

4. option binaire 27/11/2011

Trader les <a href="http://www.bourse-forex.com/brokers_options_binaires.php">option binaire</a> en bourse est une bonne méthode de trading en 2011

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×